2ième étape Comus – Ignaux

24km.460  – 6h.37 – +748m. -957m. ( quelle précision ! )

Beau temps, camélia parait en forme2-2, nous aussi, alors nous partons léger : c’est vrai !…c’est camélia qui porte notre barda, on a donc juste un petit sac sur le dos.07-2 A peine parti sur la piste, on assiste à un accident, dans un bourg, où, il doit passer une voiture toutes les deux heures..un véhicule dont le conducteur a été aveuglé par le soleil, a percuté un cyclo, heureusement au moment du choc, le cycliste à sauté du vélo, le vélo est cassé, le cyclo n’a rien par chance..

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises: nous marchons depuis 1/2 h., je me rends compte que nous avons oubliés de rendre la clé du gîte. Nous repartons, et, après 1/4h., je me rends compte que j’ai oublié mon chapeau…Donc après ces faux départ, nous traversons un très joli village: Prades, Camélia s’abreuve dans une belle fontaine.Pas de bistrot pour boire une mousse, alors après une petite pause,nous attaquons la montée vers Montaillon4-5a,où il y a une ruine de château cathare08-5, mais là sur la place, on peut prendre un rafraichissement…La suite sera le clou de notre périple : ans la descente du col de Balagues (1617m.) , nous entendons un bruit de motos tous terrains passer sur un sentier au dessus de nous, nous pensons qu’ils ne descendraient pas, mais non, voilà que le bruit se rapproche. Je serre au plus près Camélia qui commence à dresser ses oreilles, et comme elle est craintive je dis à Jean-Jacques d’aller au devant d’eux, pour leur expliquer la situation. Il court vers eux les bras levés, ils ralentissent, et comprennent, mais trop tard !, bien qu’ils aient coupés les moteurs, en voyant arriver ses hommes en groupe, casqués, équipés de cuir …Camélia prend peur, et avec .J.J., on s’accroche à la longe. Peine perdue, Camélia démarre, et nous voila accrochés à la longe et, comme dans les western, trainés sur le chemin sur une bonne quinzaines de mètres, Camélia à gagner : on lâche, on est quitte à aller la chercher dans un champ à 200m. et, s’approcher avec beaucoup de diplomatie, avec un morceau de pain, elle s’est calmée, ça va…pas de gros bobos. En ce qui me concerne, j’ai une main bien râpée, il me faudra la soigner pendant un mois . La leçon a portée, si ça se reproduit, on attachera Camélia à un arbre , s’il y en a …pas évident sur ce parcours.

Nous découvrons ainsi l’inconvénient d’un animal, c’est qu’il faut toujours être vigilant à ses moindres réactions en fonction d’événements ponctuels et  hors de la routine .

Cela étant nous avons décidés de nous arrêter au refuge de Chioula, 1-8 c’était un peu tôt pour y dormir, mais pour le casse croute, avec une bière bien fraiche, nous repartons vers 15h.30, après avoir parcouru 13km. en 4h.30 : nous n’avions pas prévu la lenteur de la marche avec un âne.5-6

Nous téléphonons (le progrès ) à un gîte marqué sur le guide ffrp : à Ignaux chez Cathy  » le Sinarol « , où nous avons reçus un accueuil chaleureux et réconfortant.Arrivée à 17h.30. Elle me soigne la main et nous sert excellent repas, avec des beignets aux morilles!…9-11