5ième étape : Porta-El vilar

Assurément la pus belle étape, vallée magnifique et sauvage avec un passage au col de  Porteilla  blanca à 2517m.qui est le point de convergence de trois frontières: Andorre-Espagne-France.20-14 (800x600)

Très belle journée, vite après notre épart, nous sommes encadrés par des pics à plus de 2500m.18-7 (800x600) d’altitude, nous longeons le torrent de Campardos21-10 (800x600), et nous pouvons observer des abris en pierres dénommés » orry », 16-2 (800x600)comme dans tout e Languedoc. On a quelques exemples d’abri de ce type au Pays Basque.

Nous croisons de beaux troupeaux de vache de race Gascogne, race réhabilitée pour la qualité de sa viande, et qui c’est très bien acclimatée dans ce milieu. Le seul incident de a journée est ma chute, mais sans gravité, à cause de Camélia qui s’est subitement arrêtée pour contempler le troupeau, et j’ai ‘valdingué’!. l’ascension fut fatigante en raison de la chaleur, et pas d’ombre…au milieu des troupeaux de vaches et de chevaux Mérens.

La descente fut longue et fastidieuse, pas de possibilité de dormir en refuge: c’est là que l’on apprécie notre chère Camélia qui porte notre paquetage, et donc, notre tente.22-16 Ayant trouvé un terrain pat près d’un ruisseau ( quel luxe ), nous installâmes notre bivouac, heureux que la journée soit achevée, et, après s’être occupé de Camélia, nous nous offrîmes un petit ‘jaja’ sorti du paquetage, et qui remonta un peu notre moral, un peu entamé physiquement, et moralement( il faut quand même le faire…!) Demain sera un autre jour…