Le Surf à Biarritz

A  la fin des années 50, un acteur américain Peter VIERTEL vint à Biarritz, à ‘hôtel du Palais et, quand il découvrit les vagues qui déferlaient sur le sable de nos plages, il fit venir de Californie une planche des surf, et bien qu’il ne sot pas très fort, il intrigua des autochtones, qui voyaient pour la première fois une planche de surf, et un homme debout sur la vague.. A l’époque, elles étaient longues et lourdes, ceci a son importance pour la suite : en effet certains baigneurs s’y intéresseront: la génération de ceux que l’on appellera les « tontons surfeurs », les plus jeunes d’une dizaine d’années, dont je faisais partie, habitués, à suivre les vagues avec un « planky », bout de planche, relevé à un bout,  en bois, et que l’on tenait sous le torse, ou avec les palmes ‘( à la main, disait-on ), n’irons pas pour de multiples raisons, dont la suite donnera des explications.

Grâce à Hennebute, qui inventa le »leach « ( fil à la patte, pour retenir la planche ), Jacquie Rott et Barland, ces derniers entreprenant d’en construire empiriquement, avec des essais, sans se décourager. Joel de Rosnay, qui par ses voyages ramena des renseignements qui servirent à améliorer les planches, à Jo Moraitz, sportif à tout faire, qui devint, avec Rott les premiers à participer à une compétitionà à l’autre bout du monde ce fut une véritable expédition

Pendant que ces pionniers se colletaient aux vagues, ma génération fut peu encline à s’y mettre

tontons 2tontons surfeurssurf pierre

 

,Puis vint l’époque des surfeurs venant du monde entier : des australiens, des californiens, des floridiens, des hawaïens,etc…qui arrivèrent avec leurs « vans »du monde entier sur la cote basque. Les locaux commencèrent alors a faire des progrès : dont ceux de la photo à droite qui participèrent aux premiers championnat de France et battirent les tontons(qui continuèrent à entretenir l’esprit amateur ). l’éclosion de la fédération française de surf, et nombreux clubs virent le jour, mais ce fut aussi la période où beaucoup de jeunes délaissèrent le lycée pour surfer, et copièrent les surfeurs américains, australiens etc du genre un peu hippie, ayant auprès des parents autochtones une mauvaise presse.C ‘est la période où les jeunes du pays commencèrent eux aussi à partir explorés le monde, et le monde est grand, et les plages nombreuses: en Floride, en Californie, en Australie, à Bali, à Tahiti. Aujourd’hui, les moyens de transports aériens ayant explosé, beaucoup d’autre destinations s’offrent aux surfeurs. Des revues spécialisées ont vu le jour, les vidéos, et maintenant les réseaux sociaux mettent à jour de nombreux « spots »depuis quelques années toutes les plages du Pays basque et des Landes ont leurs écoles de surf, ceci d’ailleurs posent quelques problèmes  de fréquentation sur certaines plages, comme par exemple à la Cote des Basques, où à la grande plage à Biarritz.Les écoles de surf sont aussi très nombreuses, comme ici à la cote des basques

                                                                                                               

 

 

Une variante est maintenant à la mode : le paddle, où on se tient debout sur une grande planche, et on rame pour avancer( on peut en faire sur un lac, où une baie, comme à St Jean de Luz) et prendre une vague pour les meilleurs, ici avec un beau coucher de soleil sur les montagnes basques

2-P1030726 là avec un kayak de mer 1-P1030720