Parc naturel de Moncayo

Nous allons découvrir une région d’Aragon, au sud de la Navarre,

les terres de Moncayo

Pour arriver en venant de France :

– possibilité par la cote basque, l’autoroute de Zaragosse, tourner sortie Gallur, Borja.

-par les cols du Pourtalet ou du Somport, vers Jaca, direction ou Zaragosse, autoroute de Logroño, sortie Gallur, Borja, ou prendre la route des cinco villas, à visiter, et vers Borja.mapa-moncayo

L’histoire :la présence humaine dans les alentours de l’Ebre, fleuve nourricier de l’Aragon, est indiquée par les nombreux restes humains et d’outils dans les différentes grottes réparties dans la région dés l’âge de bronze

A partir des III°avant j.C. on découvre le développement culturel, économique et technologique, comme le démontre les vestiges de la Oruña ( à coté de Veruela), centre minier, et la construction de petits villes ; Aregrada (Agreda), Bursao(Borja), Karaues ( Magalloñ), Turiaso ( Tarazona).

Après la conquête romaine (fin du II°avant J.C.), la région bénéficiant de l’importance de la’ via’ qui unit Zarragosse à Astorga , le long de la vallée de l’Ebre, a développé la métallurgie,l’agriculture, modernisé les anciennes cités celtiques, et construit d’autres cités durant la » Pax Romana  » Cependant survinrent les invasions germaniques au III°, et avec eux une longue période de crises, seulement interrompue avec la monarchie visigothe qui convertit en’ Tirazona ‘ une place forte, au nord de la péninsule face aux ‘vascons’

Avec l’arrivée des musulmans, au début du VII°, se produisit une rapide islamisation, et se convertirent à la nouvelle religion, de nombreuses familles nobles, et sous la domination du pouvoir centré à ‘ Cordoba ‘ ( Cordoue ), la région connut un fort développement économique et culturel en reconstruisant ou agrandissant les anciennes et diverses installations du II°, en poussant fortement l’artisanat et le commerce

En 1119,’ Alfonso I el batallor’, conquit Tudela, puis Tarazona, Borja, Magalloñ,Agreda…et on suppose que s’implantèrent de nombreux contingents venus des Pyrénées, surtout dans le Somontano, et installèrent une agriculture à base d’élevage, et une agriculture pauvre  de subsistance durant le Moyen Age

Pendant ce temps, les musulmans cultivèrent les riches terres d Huecha, el Queiles ou la Isuela, que se partagèrent les différentes familles riches (señorios) L’ordre militaire de San Juan de Jérusalem ( jusqu’à leur dissolution), l’évêque de Tarrazona, le monastère de Veruela,et quelque petits seigneurs laïcs,de Tarazona, Borja et Magaloñ, pour leur importances stratégiques et militaires du pouvoir régalien sur la région.

A la mort d’ Alfonso I, avec la séparation de la Navarre et de l’Aragon, et l’occupation castillane de Soria, les terres de Moncayo se convertirent en terres de frontière, supportant pendant III° les continuelles guerres entre les rois chrétiens, et qui  ne se terminèrent qu’à l’union des royaumes de Castille et d’Aragon au  XV°, et qui ouvrirent une nouvelle ère de prospérité, et de paix. Le décret d’expulsion des ‘ moriscos ‘ , apportèrent cependant un nouveau  coup à cette région, qui comptait une colonie importante de ‘mudéjar’, et de nombreuses crises émaillèrent la société jusqu’à la fin du XIX°.

Climatologie et hydrographie

Le climat est méditéranéen continental, avec des étés secs, plus chauds vers l’Ebre, des hivers plus rudes à l’intérieur de la Meseta, les précipitations sont de 400-500mm.par an, mais il faut compter avec le Cierzio, le réputé vent du N.O. glacial soufflant une partie de l’année, principalement de l’automne au printemps.

La sierra de Moncayo présente cependant des caractéristiques différentes des terres les entourant, Son altitude et son orientation N.O.-S.E., favorise le captage des vents humides venant du golf Cantabrique, et, qui augmente les précipitations sur la façade N.(728mm.à Agramonte), et plus de 1000 au sommet du pic, le couvrant de neige en hiver , et souvent tardivement.

Ces précipitations favorisent les nappes aquifères, ce qui donne naissance à de nombreuses sources , et à de nombreux ruisseaux sur la face N : la Huecha, affluent  d l’Ebre, el Queiles qui nait de la résurgence de Vozmediano (1100l/s), et qui enrichit des sédiments del Val o Cailes se jette aussi dans l’Ebre, l’Isuela qui plonge des ravins du versant S., dans le ruisseau Aranda, et celui ci dans le Jalon qui se jette par fin dans l’Ebre, et l’Araviana, affluent de Duero, en recueillant, les rus secs du Moncayo, et les eaux souterraines du barrage de Vozmediano

La flore et la faune

Le milieu naturel

La sierra de Moncayo présente une forme abrupte, singulière dans le paysage aragonais, au dessus de la vallée de l’Ebre. Cependant sa structure est assez simple : avec un cœur de roches dures du paléolotiques ( ardoises, sables, quartz ) , recouvertes durant l’ère secondaire, et mezozoiques, par des matériaux d’origine continentale ( argiles sablonneuses, et conglomérats déposés par les rivières du triasiques ), et de calcaires jurassiques, qui subiront les premiers effets des poussées de l’organisation alpine, se levant, se transformant, en donnant un grand bassin sédimentaire, et un massif en dôme anticlinal. Ce massif primitif de Moncayo, ne bougera plus, sauf érosion, jusqu’aux mouvements tectoniques du tertiaire qui donnèrent les formes actuelles.

Le résultat de ces diverses phases de sédimentations, fractures, érosions, donne un massif bien marqué avec ses failles au N., et au S., qui monte brusquement pour les terres circulaires jusqu’à 1400m., pour la Tierra de Agreda, et presque jusqu’à 1800m. pour las tierras  del Bajo Queilles, et celle de Campo de Borja. Ceci a permit dans la face N., de laisser paraitre l’affleurement du noyau paléolitiques( entre Veruela et Agramonte ), contenant les matériaux triasiques, qui ont donnés les formes des massifs du Moncayo, (2316m.), Lobera (2227m. )… On y trouve, des restes des calcaires jurassiques, qui recouvrirent, le premier dôme, et qui résisteront à l’arasement tout le long du  tertiaire, où apparurent, las Peñas de Herrera ‘1564m.), et le synclinal de Morron (1731m.), las replats de los Ascones ( 1382m.), le Beraton ( 1579m.), les dolines t le  » Poljé  » de Araviana.

Après une nouvelle poussée durant le Pliocène, ( un millions d’années ), le Moncayo va, petit à petit acquérir sa forme actuelle, avec la formation d’amples manteaux de matériaux accumulés au pied la Sierra ( glacis important sur la face N.), le façonnage du réseau fluvial, et la retouche des sommets, avec les glaciers du quaternnaires, qui formeront, le Pozo de San Miguel, les cirques de San Gaudiso, Morca, et les barrancos de Morana, et Horajuelo.

Les Terres de Moncayo aujourd’hui :

Tarazona avec ses 10000 habitants est la plus importante ville de la région, comme centre industriel , culturel, et touristique. Borja pour sa part, est une ville de 4000habitants, et a une intense activité commerciale, bénéficiant du développement de l’appellation Campo de Borja , basé sur une agriculture de qualité,avec le vin et l’huile d’olive.Sa bonne situation au bord de l’Ebre, maintien un niveau  de densité acceptable ’20 ha/M°’ , Magalon et Ainzon dépassant les 1200ha., dans la vallée de Aranda , Illueca (3200ha), Brea (2109ha.), sont des petits centres industriels, et les territoires chasse. Dans le Moncayo coté Soria, Olvega ( 4000ha.), Agreda

( 3800ha.), sont spécialisées dans les industries de conserves venant des porcs.

En dehors de ces villes la majeure partie du territoire est composée de petits villages très touchés par l’immigration, qui varient entre 200 et 500ha., et vivent de petite agriculture, et d’élevage principalement porcin et ovin.

Fêtes et tradition

Le pic de Moncayo a été considéré par toutes les peuplades ayant vécues sur ses terres, comme source de nombreuses légendes, tant,chez les celtes,que romains, arabes et chrétiens,et qui sont parvenues jusque nous. Les unes sont d’ordre mythologique, relatant par exemple les danses des Hercules dans ses parages, reconstruisant et luttant contre le géant Caco. D’autres parlent de gnomes, de fées habitants les fontaines ou les grottes, des donzelles jaillissant des bosquets en forme de cœur ou d’animaux bizarres. D’autres encore évoquent l’apparition de la Vierge : dans la Peña Negra de Moncayo, à Veruela, etc…, enfin certaines évoquent l’ apparition du diable à Calcena (où il fut détruit par le forgeron) , et des sorcières au château de Trasmoz.

Il persiste toujours un riche folklore, célébré dans les diverses célébrations tout au long de l’année , avec les ‘ jotas( chant typique, souvent chanté par des femmes en solo, puis en groupe ), les chants  repris en cœur dans les ‘ bodegas ‘ lors des ‘romerias ‘ : fêtes souvent patronales ou les gens se retrouvent en famille, et il y en a qui viennent de loin.Comme le 29 juin au sanctuaire de la Virgen de Moncayo, pour monter la statue ( pardon, la vierge) depuis San Martin où elle passe l’hiver. Le 1er dimanche de juillet  la Del Quililay, celle du Sanctuaire de la miséricorde à Tarazona (le 25 Aout ) etc… Une tradition curieuse  s’accomplit à Lituenigo, avec la pesée des enfants d’un an, et ce poids est transformé en blé offert à San Miguel, pour un bon devenir.

Enfin, du 27 aout au Ier septembre se célèbrent les ‘ grandes fêtes de Tarazona en honneur à San Atilano et durant lesquelles se passent la traditionnelle’ Cipotegato’ où un personnage burlesque vêtu de toutes les couleurs sort de l’Aytamento 27 à 12h. et qui donne lieu à une bagarre gigantesque de tomates.cipetago

Cités du Somontano de Moncayo

Agramonte, enclave de Moncayo, à 1100m.à l’entrée de la ‘dehesa’ de Moncayo, à la limite de la réserve du parc, on y trouve un des deux centres d’interprétation du parc, et la maison des gardes.

Alcalà de Moncayo : 766m. 200hab..,église paroissiale de l’Assomption XVI°, des restes de murailles, avec un mirador exceptionnel sur le Moncayo et le parc,une auberge de jeunesse, et des chambres d’hôtes.

Añon : 836m.300hab., cité fortifiée, château seigneurial  du XVI°, église gothique à la porte romane, pont romain .centre interprétation.

Cunchillos : près de Tarrazona:480m., 200hab., maison ‘mudéjar ‘ ( architecture issue des usages arabes et romans) que l’on trouve fréquemment en Espagne, après la’ reconcista’, une vielle ‘ mezquita’ ( quartier juif ) transformée en paroisse de San Miguel XVI°, ermitage de Samanes ( tour fortifiée du XIII-XIV° ) à suivre …..

El Buste : 687m., 120hab.situé à l’escarpement N.O.de la Muel de Borja, l’église paroissiale de la Conception XIII° garde une belle  image de la Vierge à l’enfant. Aproximité le balcon de Buste et l’ermitage San Roch sont de magnifiques miradors du Moncayo à l’Ebre

Grisel : 625m., 65hab. Chateau gothique du XIV°, avec sa tour mudejar, à coté la curiosité du ‘Pozo de los  Aines ‘ , le mirador de Ciesma sur Moncayo, et les terres de Tarazona.

Litago : 756m., 180hab., église paroissiale de l’Assomption, avec son abside romane XIII° et une tour mudéjar-renaissance XVI°

Lituénigo : 569m., 120hab., palais-forteresse du XV°, église paroissiale de la Purification, avec quelques peintures issues de Veruela. Ermitage roman de San Miguel.

Los Fayos : 569m., 200hab. ,pittoresque village au pied d’uns des énormes rochers escarpés de conglomérats , avec plusieurs cavités parmi lesquelles, on trouve la mythique grotte de Caco, et l’ermitage  rupestre de San Benito. église paroissiale gothique de la Madeleine, avec son clocher mudéjar, palais des ducs de Villahermosa XVI°, et reste d’une vieille tour fortifiée sur l’escarpement

 Malòn : 430m., 490hab., église paroissiale de San Vicente, XVI-XVI°. Palacio de los Iraziqui, XVI-XVIII°. Mirador del castillo.

Novallas : 427m., 770hab. Castillo d’origine templierXI°, eglise paroissiale de San Martial, avec une belle façade baroque.

San Martin de la Virgen de Moncayo : 813m., 310 hab., église paroissiale de San Martin, commencée en 1931 et fini en 1959.

Santa Cruz de Moncayo : 629m. 100hab., église paroissiale du XIII°, qui garde d’intéressantes œuvres en bois.

Sanctuaire et ‘hospereria’ de la Virgen de Moncayo : 1620m., ses origines remontent au début du XIII°, au pied des contreforts rocheux de la Peña Negra dans le massif nord du Moncayo, servant de refuge.

Tarazona :450à500m., 11000hab. Capitaledu Somontano de Moncayo, ville industrielle et centre agricole et commercial, avec tous les services d’une grande ville. Son centre historique fut déclaré ‘ensemble monumental ‘ en 1965. Elle conserve des restes des murailles dans l’antique quartier du Cinto , le centre celtibèrique Turiaso. Parmi seséglises, se remarque, la cathédrale de la Magdalena, primitive cathedrale commencée en style roman,XII°, puis continuée en style mudéjar, XIV à XVI°. San Miguel, construite sur l’ancienne mezquita  du XII et XV°, et San Atilano, du XVIII°élevée à l’endroit où est né le saint.

De ses nombreuses maison de maitre et palacios, dont la Casa Linares, mudéjar XVI°., le palacio renaissance de Los Eguaràs-Alcira, l’Ayutamiento, (ancien marché), décoré avec d’intéressants reliefs renaissance, et déclaré monument national, las Casas Colgadas, sur la muraille médiévale. Le Palacio Episcopal, se fit sous lère musulmane, et contient d’importants restes médiévaux et renaissance.La Seo : monument historique et artistique national, située dans la partie basse de la ville, est une des premières constructions gothiques du pays, partiellement détruite par les castillans au XIV°, et reconstruite en style renaissance- mudéjar.

D’autre édifices présente un intérêt,comme le couvent d San Francisco XIII°, rajeuni entre les XVIet XVII°, et le couvent de la Merced, XIII°, reconstruit entre les XVII°et XVIII°. actuel conservatoire de la musique. Enfin, signalons, l’ermitage de la Virgen del rio, XVI°, l’égile de San Vicente martyr( ancien couvent des jésuites au XVII-XVIII°, aujourd’hui, maison de retraite. Les couvents carmélites de Santa Anna, de San Joaquin. La  vieille plazza de toros ( inaugurée en 1797 ), de forme octogonale et avec 32 demeures habitées depuis l’origine.Enfin le théatre des Beaux Arts, moderne et construit en 1921.

Torrellas ; 570m., 336hab., égise paroissiale de San Martin, antique mezquita, remodelée au XVI°, avec une belle tour mudéjar légèrement inclinée, la Plazza Mayor avec un portique, et ses vielles maisons.

Tortoles : 487m., située à 2 km. de Tarazona, vers Tudela, fut un village musulman, jusqu’à la Reconcista, et conserve une ancienne mezquita du XV°, monument national.

Trasmoz ;765m., 67hab., connue pour ses histoires de sorcières, et raconté dans les écrits de Gustavo-Adolfo Becquer., son château fort à double ensemble fortifié, un central avec la tour del Homenaje ( hommage ), du XII°, et un hexagonal, extérieur avec des tours dans les angles du XIII-XIV° , léglise paroissiale gothique-renaissance de la Virgen de la Huerta.

Vera de Moncayo : 630m., 483hab., localité traditionnelle liée au monasrère de Veruela, jusqu’à la fin du XIX°, église paroissial de la Natavidad, XVI°, avec une tour mudéjar-renaissance, et d’intéressants retables venant du monastère.Restes de son château gothique.

Vierlas : 456m., 106hab.population moresques qui disparut avec l’expulsion des musulmans en 1610, église paroissiale de la Conception réhabilitée au XVIII°, et les restes d’un ancien château, bodega, avec ses colonnes de pierre

Citées de  Campo  de  Borja

Agon : 312m. 200hab., tour de l’antique château XV°, église paroissiale de N.S. del Rosario XVI°, avec sa tour mudéjar, l’ermitage de Gañarul, mudéjar XIV°

Ainzon : 429m., 1220 hab., église paroissiale de la Piedad, baroque, avec tour renaissance qui contient des peintures pittoresques, Ayutamiento du XVI°, c’est dans cette ville que se tient le conseil de le dénomination d’origine du vin de Campo de Borja.

Alberite de San Juan : 412m., 107hab :.château XIII°, église paroissiale de San Juan ( mudéjar XIV-XVI),

Albeta : 907m., 130 hab., château XIII°, église paroissiale de Santiago ( mudéjar XVI°-XVIII° ), fontaine d’origine arabe, avec des eaux sulfurées, et magnétisées, pour soins médicaux.

Ambel : 584m.,370 hab., Palacio des commandeurs de San Juan ( XIV-XVII°), église paroissiale de San Miguel ( mudéjar-gothique), déclarée monument historique, ermitage de la vierge du rosaire ( barroque, avec une tour mudéjar ), nombreuses maisons de style aragonais.

Bisimbre : 320m., 140 hab., tour de l’antique château (XXV ), église paroissiale de San Juan Bautista ( gothique, renaissance, XVI°, remaniée au XVIII° ).

Borja : 448m., 4174 hab.,  capitale de l’ensemble Campo de Borja, avec tous les services inhérents. Ses origines se perdent dans le temps, ils restent dans  l’actuelle agglomération , des objets et ossements du paléolithique. Les celtes romains et musulmans s’y succédèrent, son ‘ casco antigo ‘ montrent de nombreux exemples. Ce qui lui vaut dêtre classé en Centre Monumental, avec la plaza del mercado (marché ), portique XV-XVI°), les rues de San Bartolomé, Mayor et San Francisco, quartiers de San Juan ( ancien maure ), et Sayon ( juif), de nombreux bâtiments ex : Colegiata de de Santa Maria, les restes du château ( des celtes aux romains ), convertie au maures et abandonné au le XVI°, l’église de San Miguel ( roman du XIII° ), la ‘casa de las Conchas ‘ ( XV et XVI°), le couvent de la Conception ( XVII-XVIII° ), et d’autres bâtiments intéressants comme  le Placio de Atares,( dans la rue San Bartolomé ), ( XIV-XV° ), et qui est sans doute la maison la plus anciennes de Borja, et un des rares édifices civil gothique- mudéjar qui restent en Aragon.

La ‘Casa Consistorial ‘, ( xvI°) ), l’antique hôpital des pèlerins (XVI°), le couvent des apucins de Sancti Spiritu( XVII-XVIII°), actuellement hôpital de la ville, le couvent de Santa Clara, le couvent de Santo Domingo (XVII°), actuellement collège et église, et l’auditorium municipal. Le ciné Cervantés, enfin des restes romains, la Torredel Pedernal, et quelques portes anciennes (celle de Zaragoza, et celle de San Francisco), ( du XXVII°), divers restes d’ermitages, dont celui de San Jorge ‘ gothique, d’origine romane ).

Bulbuente :519m., 265h., église paroissiale gothique-mudéjar de Santa Maria, tour seigneuriale du X IV°, à laquelle les abbés de Veruela adossèrent un magnifique palais de style aragonais (XV-XVI°). Diverses maisons de maître et « palacos »,des XVI au XVII°, l’hôtel de ville est hébérgé dans l’un d’entre eux. Restes romains aux alentours, comme la « fuente de los Veinte Cabros, ou le complexe hydraulique de la « Fuen Nueva.

Bureta : 410m., 333h. « Palacio  » de los condes de Bureta ( XVI-XVIII° ), église paroissiale de la Santa Cruz XVII°, ( baroque ), adossée au palais, baroque ‘XXVII°)

Frescano : 302m.,261h., gisement archéologique de Burren et Burrena de l’âge de bronze à l’époque romaine. palaco des ducs de vilahermosa (xvi°, réformée au XVIII°), église paroissiale de N.S. del Pilar ( baroque, adossée au palais XVI° ). Ermitage de N.S. de la Huerta ( romain, XIII° )

Fuendejalòn : 472m., 935h. Église paroissiale de San Juan Bautista ( gothique-renaissance, XVII°) Ermitage de N.S. del Castillo ( barroque XVII°), élevé sur les restes de l’ancienne forteresse, qui garde un tableau de la Vierge.

Magallòn : 419m., 1243h.Église paroissiale de San Lorenzo (XVIX° ) sur les restes de l’ancien chateau , réformée au XVII°, agrandie au XVIII°) Diverses maidons et palacios de style aragonais du XVI° au XVXVII°. Ermitage du rosaire ( au centre du village, XVII°) Couvent des dominicains (XVI° et XVII°, avec une église mudéjar du XIV°, avec des restes déclarés au monuments historique ). Ermitage de San Sebastien qui garde des tableaux renaissance du XV°

Malejàn : 472m.,314m.église paroissiale gothique de Santa Barbara, agrandie au XVII°, palacio de Dionis Gascon ( XV° ), avec des restes d muraille et tour du château primitif( XIV° )

Pozuelo de Aragon : 412m?, 367h. église paroissiale de San Lorenzp ( gothique- renaissance XIV° , agrandie au XIX°, garde plusieurs retables renaissance ). Ermitage de Santa Ana. Trous d’eaux thermales dans les parages de  » las Eras »

Sanctuario de Misericordia : 672m.,( dépens de Borja), situé dans les bois de pins de la Muella de Borja. Dans ces lieux sont édidiés, un groupe de bâtiments comprenant : l’église et le dojon de l’antique Sanctuaire de la Misericorde (XVI° au XVIII°), et où furent construites diverses constructions au xx°. Au sommet de la Muela on trouve l’ermitage du Calvaire(XVI°), renaissance avec étage circulaire.

Tabuenca : 779m.497h., restes de murailles, église paroissiale de San Juan Bautista, gothique-renaissance aragonais (XVI°) qui faisait partie du chateau médiéval . L’ayutamiento, est de style renaissance aragonais (xvI°), aux alentours sont dignes de curiosités : el Cerro de las Bodegas, les restes d’un antique moulin à huile, et les ermitages de los Santos, del Niño Perdido et du calvaire, ce dernier sur un monticule avec une belle vue de la ville et de la sierra de Moncayo.

Talamantes : 924m.,67h. Située au pied de las Peñas de Herrera et de la Tonda, juste à coté du ruisseau d Valdeherrera, et en face de la sortie du barranco de Valtreviño. Ruines du vieux château d’origine templier (XIII°-XIV°), paroisse gothique de San Pedro, pont romain, ermitage de San Miguel (XIII°)

Les villages du versant Sud sont indiqués dans le livret : Tierras de Moncayo

 

PHOTOS

P1030801P1030804P1030809

P1030815P1030816    Monastère de Veruela

DSCF5055P1040981DSCF5081P1060007DSCF5074P1060009DSCF5079P1060011-001P10600121

IMG_1232

dans le barranco de los Moros

IMG_1238P1060026

IMG_1245IMG_1246Peñas de Herrera

IMG_1233IMG_1234-001 la muela de Beratòn

Le Moncayo en fons des amandiers

les amandiers en fleurs sur fond du pic de Moncayo

P1030793IMG_1248-001

cathedrale tarazonaP1030823    Tarazona

juderiaP1030828  la Juderia

P1030833P1030825   le Palais épiscopal et l’Ayutamiento